Calicut a longtemps été LE port où se faisaient les échanges avec le reste du monde, avant d'être détrônée par Cochin.
En effet la famille régnant sur ce district, les Zamorins,  étaient particulièrement accueillants pour les étrangers venus faire du commerce et ce quelle que soit leur religion.
En témoigne la très belle et très originale mosquée construite dès le XIVe siècle avec le bois en partie fourni par le souverain de l'époque. Après avoir été détruite par les portugais au XVIe siecle elle fut reconstruite avec les ruines de leur fort après leur défaite.

 

rps20190212_124906_697

 

rps20190212_125019_902

 

Les allemands ont également laissé leurs traces. En effet la ville de Basel (Bâle, allemande à l'époque) étant menacée par Napoléon certains habitants firent une promesse à Dieu s'il sauvait leur ville. Arriva Waterloo...Promesse tenue : ils créèrent ici la cathédrale et une école encore active et toujours identifiée du nom de Basel. 

rps20190212_125141_980

Les mêmes créèrent une usine de tissage et de fabrication de tuiles pour donner du  travail aux convertis qui étaient souvent mis à l'écart d'autant plus qu'ils enfreignaient souvent le système des castes.
Rattachée au Commonwealth lors de la guerre de 1914 elle est aujourd'hui abandonnée, laissant se délabrer le bâtiment et les machines à tisser.

rps20190212_125312_298

Près de là se trouve la première rue piétonne de Calicut habituellement noire de monde mais encore vide à cette heure matinale.

rps20190212_130149_232


Sur le port on trouve tous les produits de l'Inde, et en particulier d'innombrables variétés de riz venues de partout. Le Kerala qui était auto suffisant en riz ne produit plus que 10% de sa consommation, beaucoup d'habitants allant travailler dans le Golfe et revenant pour construire des maisons plus luxueuses les unes que les autres au détriment de l'agriculture.

rps20190212_125748_955

 

Les noix de coco sont triées par des mains expertes qui savent séparer celles que l'on pourra vendre un bon prix devant les temples pour les pujas  (prières).

rps20190212_125422_464


Il n'est encore que midi et le programme de la journée n'est pas terminé. Mais avant c'est le moment de déjeuner à notre homestay : friture de poissons, pickles de mangue, choux, curry de poisson, papadom petit et grand format, sambar de légumes. Et une petite sieste avant de repartir.

rps20190212_204408_878


Direction la mer avec tout d'abord un joli port de pêcheurs

rps20190212_204524_512

Puis une ballade dans la mangrove, accompagnées par celui qui a recrée la mangrove ici à partir de plans venus du nord du Kerala. Les habitants, d'abord réticents, ont compris lors du tsunami l'intérêt d'être protégés par cet enchevêtrement de racines et d'arbres de toutes tailles.

rps20190212_204948_458

rps20190212_204748_379

rps20190212_204652_503

Le lieu est également un abri idéal pour des dizaines de variétés d'oiseaux.

rps20190212_205105_705

Retour à Calicut pour un petit concert de Sitar et tabla.

rps20190212_205234_726